. Nous publiions sur ce site, en 2012, sous le titre « Pourquoi la culture Mayo-Chinchipe n’en finit pas de surprendre », une interview - toujours en ligne sur notre site* - de l’archéologue Francisco Valdez**. Titre prémonitoire ! Car une étude publiée dans Nature Ecology and Evolution confirme aujourd’hui l’étonnante avancée des Indiens qui vivaient alors en Amazonie occidentale, sur le versant oriental des Andes, dans la province équatorienne actuelle de Zamora-Chinchipe. Qu’on en juge : l’équipe internationale à l’origine de l’article*** confirme que les Indiens Mayo-Chinchipe produisaient et consommaient déjà du cacao il y a 5 300 ans. Il faut savoir que, jusqu’à présent, l’on attribuait aux Mayas et aux Olmèques d’Amérique centrale la domestication du cacaoyer, il y a  2 900 ans.  Les fouilles entreprises sur le territoire des Mayo-Chinchipe, et plus précisément sur le site de Santa-Ana La Florida, à compter d’octobre 2002, ont permis au fil des années de mettre au jour les restes d’un petit village aux maisons rondes ainsi qu’une zone cérémonielle. C’est là, en dégageant notamment des dépotoirs, que les archéologues ont découvert les tessons de divers pots qui ont ensuite été confiés aux chercheurs du Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique et Développement (CIRAD). Conclusion de la généticienne Claire Lanaud : « Sur plus de 220 échantillons de céramiques analysées, 30% contenaient du cacao. Une quantité importante qui reflète une utilisation courante » (source AFP). Est-ce à dire que les Mayo-Chinchipe buvaient déjà, comme nous, du chocolat ? Certainement pas. Les historiens rappellent qu’il faut attendre la conquête espagnole pour voir apparaître en Amérique et en Europe une boisson proche de celle que nous connaissons. En revanche, l’on peut aisément imaginer que les Indiens d’alors utilisaient les fèves extraites des cabosses de cacaoyers – qu’ils étaient les premiers à domestiquer – pour confectionner une boisson énergétique. Laquelle n’était pas réservée qu’aux vivants. En effet, des pots ayant contenu du cacao ont aussi été mis au jour dans des tombes  de Santa-Ana La Florida. Fait certain : avant les années 2000, personne n’aurait imaginé que vivait là, il y a plus de 5000 ans, au sud de Zamora, une population aussi innovante, tant sur le plan technique qu’agricole, car la région était jugée aussi malsaine qu’inhospitalière. Maintenant, au-delà de l’intérêt qu’il y a de développer les recherches sur le cacao des origines, il reste à découvrir comment ce dernier est parvenu jusqu'aux terres des Mayas et des Olmèques. *http://livres.lemondeprecolombien.com/index_2.htm **Archéologue de l’Institut de recherche pour le Développement (IRD) et instituto Nacional des Patromonio Cultural. Quito, Ecuador. ***  Pour accéder à l’article : L’histoire du chocolat bouleversée 2019     Une équipe internationale a découvert que c’est en Équateur, et non  au  Mexique ou en Amérique centrale, que vivaient les plus anciens producteurs et consommateurs de cacao. Équateur https://www.nature.com/articles/s41559-018-0697-x.epdf?shared_access_token=A_NR_fCh_D1AnAoa- UGSyNRgN0jAjWel9jnR3ZoTv0P4l4gXSkOmfIM_qL4nlkDk_aIf5BvGIi57Qz1y0JYGVL19iDP-35kEfBFr- SXEEGWLsb4OpvON0_x9WDOVFZz7Q8qr2lCKc5KBGkITXlFld2cV5BBihSCVyndcE-G5- Q0%3D&fbclid=IwAR2wp3QMqX_5ZZOwVaaEUtqsFw0Vh-9E30U9IkvpDjQBYom-hHXKwbljuRU Voir également : Vu sur le site de Santa-Ana La Forida : une association locale de femmes préparant un terrain dans le but de créer une “nurserie” pour jeunes plants de cacaoyers... Photo Francisco Valdez https://natureecoevocommunity.nature.com/users/180609-sonia-zarrillo/posts/40365-clues-to-cacao Le site archéologique de Santa-Ana La Florida https://www.youtube.com/watch?v=L8UBbmEDzys