Abécédaire illustré, interviews des chercheurs, les sites web à consulter, les expositions . Il revient à Hiram Bingham d’avoir découvert la cité de Machu Picchu. Voire… S’il est incontestable qu’il a été le premier Américain à découvrir le site et le premier – il était archéologue - à mesurer l’extraordinaire intérêt de cette cité inca, sa « découverte » tient au fait qu’un jeune paysan, Melchor Arteaga, lui a aimablement indiqué le chemin. Car telle est la réalité : ce 24 juillet 1911, quand Hiram Binhgam marche pour la première fois sur les terrasses de Machu Picchu, certaines d’entre elles sont exploitées. Il y voit même un potager. Deux fermiers indiens (Richarte et Alvarez) vivent ici depuis des années. Est-ce à dire que depuis le début de la Conquête, aucun Espagnol n’a vu – ou entendu – parler de la cité ? Eh bien non !  Diego Rodriguez de Figueroa en fait état en 1565 sous le nom de « Pijchu ». Après, il est vrai c’est le silence. Un silence de trois siècles. Suivi d’un pillage discret… Car selon des recherches récentes*, l’Allemand Augusto R. Berns, propriétaire de bois et d’une scierie près d’Aguas Calientes (à 1 h 30 mn de marche du site), aurait  « prospecté » Machu Picchu, dès 1870. Une “huaca” était alors considérée comme une mine. Et le fait est que Berns a manifestement sorti du site quantité d’objets, comme le fera 40 ans plus tard, pour le compte de l’Université de Yale, Hiram Bingham. Avant que ce dernier « découvre » Machu Picchu, le nom de la cité figure déjà sur une carte dressée par l’Allemand Herman Gohring en 1874 et dans « Pérou et Bolivie – Récit de voyage », l’ouvrage du savant français Charles Wiener, en 1880. Comme chacun peut le lire page 345 d’un exemplaire à lire en ligne sur Internet** : « On me parla de Ollantaïtambo des vestiges anciens qui existaient sur le versant est de la Cordillère, et dont je connaissais de nom les principaux, Vilcabamba et Choquequiro. Ce dernier groupe de ruines, je l’avais vu sur le bord de l’Apurimac, en face de la terrasse de Incahuasy. On parlait d’autres villes encore, de Huaina-Picchu et de Matcho-Picchu, et je résolus de faire une dernière excursion vers l’est avant de continuer ma route vers le Sud ». Certes, Charles Wiener n’a pas pris le temps de visiter la « ville », mais cet extrait prouve qu’elle était déjà connue à l’époque. *Ces recherches sont menées par Paolo Greer, Alex Chepstow-Lusty de l’Institut français des Etudes Andines, Carlos Carcelen, professeur d’histoire à l’université San Marcos et Alain Gioda, chercheur de l’IRD ** http://www.archive.org/stream/prouetbolivierc00wiengoog#page/n14/mode/2up 1911 : Hiram Bingham “découvre” Machu Picchu         Il est, plus sûrement, le premier à mesurer toute l’importance                                      de la cité soi-disant perdue 1 2 3 4 5 6 7  1)  Vue générale du site de Machu Picchu. Photo Servico Aerofotografico Nacional 2)  Intihuatana (au second plan). L’une des sculptures les plus représentatives de l’art Inca. Photo José Pinéda. 3)  Architecture inca et paysage. Dessin de F. Pinéda. 4)  La roche primitive sert de support à la construction. Dessin de F. Pinéda. 5) Fontaine. Photo José Pinéda 6) Le mausolée de Machu Picchu. Photo José Pinéda 7)  Mur de la Porte du Soleil. Ollantaytambo. Photo José Pinéda Pour en savoir plus sur Hiram Bingham et Machu Picchu... Hiram Bingham et son équipe recherchent  en vain la cité de Vilcabamba lorsqu’ils établissent leur campement dans la vallée de Mandor Pampa. Sur les terres exploitées en fermage par l’indien Melchor Arteaga. Apprenant qu’ils sont à la recherche du palais du dernier Inca, ce dernier révèle que des ruines importantes sont situées sur le sommet de la montagne d’en face. En dépit du mauvais temps, Melchor accepte de guider Hiram Bingham et le sergent Carrasco qui l’accompagne Nous sommes le 24 juillet 1911. Légendes des illustrations http://www.franceculture.fr/emission-le-salon-noir-dans-les-pas-de-hiram-bingham-decouvreur-de-machu-picchu-2011-09-21.html SUR FRANCE CULTURE CLIQUEZ ICI